Quatre métropoles

Lyon

Lyon illustre le cas d’une métropole du Nord dynamique. Le coeur de la ville connaît un embourgeoisement marqué alors que la croissance démographique concerne surtout la deuxième couronne de l’aire métropolitaine, le front pionnier étant notamment constitué par la classe moyenne inférieure et les catégories populaires (Girard, 2013 ; Lambert, 2015). Entre le zonage en aire urbaine proposé par l’INSEE en 1999 et celui établi en 2010 (qui établit la population de l’aire à 2,1 millions d’habitants), la couronne périurbaine de Lyon a gagné près de 200 communes, passant de 194 à 383 communes. Dans cette couronne, les injonctions politiques à la lutte contre l’étalement urbain sont diversement appropriées (Charmes et Rousseau, 2014).
Contrairement au coeur métropolitain, cette diversité s’y organise peu à partir des appartenances politiques, dans la mesure où les maires sont souvent sans étiquette. Même si ce n’est évidemment pas le seul facteur à prendre en compte, les variations proviennent avant tout des positions géographiques et notamment de l’éloignement, celui-ci se cumulant avec une baisse des revenus des ménages et avec l’importance croissante de la ruralité. Dans les communes les plus proches du coeur métropolitain, les politiques de compacité entrent en résonnance avec la volonté des habitants de limiter la croissance. Ces derniers peuvent imposer leur choix en raison de la fragmentation des pouvoirs communaux (avec près de 90% des communes périurbaines comptant moins de 2000 habitants), mais ceux-ci sont confortés et renforcés par les mécanismes de régulation métropolitains mis en place au nom du développement durable et de l’impératif de lutte contre l’étalement  urbain.
Comme en témoigne le dialogue entre les structures porteuses des différents SCoTs de l’aire métropolitaine au sein de l’inter-SCoT, ces politiques des communes des premières couronnes périurbaines s’ajustent doublement à celles menées dans le reste de la région métropolitaine et notamment dans les 59 communes qui composent l’intercommunalité centrale, la Métropole de Lyon (Charmes et Rousseau, 2014). Premièrement, elles favorisent le report de la demande de logement sur les communes les plus éloignées du coeur métropolitain. Ces dernières, et plus particulièrement leurs propriétaires fonciers, peuvent alors tirer parti des plus-values apportées par l’urbanisation. Elles peuvent également redynamiser leur démographie et rouvrir des classes. Elles le peuvent d’autant plus facilement que, placées à l’écart de la métropole, elles subissent peu les contraintes de la lutte contre l’étalement. Deuxièmement, le relatif blocage de la construction dans les premières couronnes périurbaines soutient la structure intercommunale de l’agglomération lyonnaise dans les projets de densification des territoires dont elle a la charge. La géopolitique métropolitaine des politiques de densification opère dès lors à une échelle plus fine, celle de l’agglomération.

Saint-Étienne

L’aire de Saint-Étienne présente à l’inverse le profil d’une zone en décroissance dont la ville-centre est ellemêmeen décroissance prolongée. Ce cas présente donc le profil idéal-typique d’une shrinking city, une tendance qui affecte désormais un nombre important de villes à l’échelle mondiale puisqu’un rapport d’UNHabitat chiffre à respectivement 40 et 10 le pourcentage de villes en décroissance au Nord et au Sud (Moreno, 2008). Caractérisé par un exil des catégories moyennes et aisées et une paupérisation continue de la villecentre où continuent à résider les populations d’origine immigrée (Cretin, 1995) en dépit des stratégies de « montée en gamme » (Rousseau, 2008 ; 2014) et de mise à niveau métropolitaine (Delage, 2013) successivement mises en oeuvre à différentes échelles, le mouvement de périurbanisation s’y apparente à celui connu par de nombreuses villes post-industrielles en déclin du Nord. Il s’en distingue néanmoins par plusieurs aspects : l’intensité et la précocité de la compétition entre les différentes communes de l’aire urbaine dans un  contexte de déclin de la base économique industrielle (Levy, 1999) et la lenteur d’une construction intercommunale longtemps soumise aux intérêts des communes (Béal et al., 2010 ; Morel Journel et Sala Pala, 2011).

En dépit de ces caractéristiques, l’aire urbaine de Saint-Étienne semble également dynamique, passant entre 1999 et 2008 de 41 à 117 communes et de 320 000 à 500 000 habitants. Mais il s’agit d’une évolution en trompe-l’oeil puisque la population de la nouvelle aire urbaine a dans l’ensemble décru entre les deux recensements. Le pôle urbain, qui recoupe quasiment la communauté d’agglomération de Saint-Étienne, y occupe une place relative nettement plus importante que dans le cas lyonnais puisqu’il regroupe 370 000 habitants. La périurbanisation concerne les secteurs les plus dynamiques de l’aire urbaine : le sud de la Plaine du Forez, la Haute-Loire et les contreforts des vallées de l’Ondaine et du Gier, renforçant un phénomène de ségrégation dans l’aire urbaine stéphanoise davantage vertical (suivant la dénivellation des vallées) qu’horizontal. Par ailleurs, l’étalement urbain concerne l’intérieur même du périmètre des grandes communes
urbaines : devant le départ des ménages, plusieurs maires ont ouvert de larges espaces à l’urbanisation sous forme de lotissements (La Ricamarie, Rive-de-Gier) et la municipalité de Saint-Étienne y réfléchit actuellement activement, en ciblant particulièrement les catégories aisées.
Ces stratégies menées dans un contexte de déclin structurel se confrontent aux autres échelles. Ainsi, l’Etat a adopté en 2010 une directive territoriale d’aménagement et de développement durable, qui s’impose aux Schémas de cohérence territoriale et qui réaffirme l’enjeu de la maîtrise de l’étalement urbain en définissant des zones intangibles de protection des espaces naturels (« corridors verts »). Le premier document de planification spatiale intercommunale n’a été approuvé qu’en 2011 (le SCoT Sud Loire) et ses effets sur la maîtrise de l’étalement urbain sont donc encore difficiles à évaluer. Notons enfin que l’aire stéphanoise est également engagée dans la démarche de coopération inter-SCoT portée par les agences d’urbanisme de Lyon et de Saint-Étienne.

 Rabat-Salé-Témara

Rabat-Salé-Témara, métropole abritant la capitale politique du Maroc et connaissant une rapide croissance, constitue avec ses nombreux centres urbains périphériques la deuxième aire urbaine du pays. Il s’agit d’une conurbation duale, la ségrégation socio-spatiale puisant ses sources dans la planification menée sous le protectorat français (Abu-Lughod, 1980). Sa population évolue de 1,5 million d’habitant en 1994 à 2,1 millions d’habitants en 2014 en dépit de la stagnation puis du déclin démographique de la ville centre de Rabat (de 628 000 en 2004 à 578 000 en 2014). Cette croissance s’est traduite par une extension de l’étalement urbain touchant désormais les zones rurales situées entre 20 et 40 kilomètres de la ville centre, autour d’opérations de lotissements, de recasements, de villes nouvelles, de projets d’aménagement industriel et tertiaire, mais aussi d’une urbanisation « subalterne », celle des espaces et des classes « subalternes » de la « mégacité » (Roy, 2011). Par exemple, la commune périphérique populaire d’Ain El Aouda située à une quinzaine de kilomètres a vu sa population passer de 3 500 habitants en 1982 à 50 000 en 2014. Les espaces périphériques de l’aire métropolitaine de Rabat-Salé-Témara font l’objet d’un usage de plus en plus concurrentiel : abritant autrefois des quartiers insalubres, des douars périurbains et des logements de recasement, ils voient désormais également la réalisation de lotissements de standing (communes côtières de Harhoura, Skhirat), de lieux d’une consommation haut de gamme, et enfin de grandes opérations destinées à favoriser le développement d’une économie tertiaire de pointe (aménagement de Technopolis et création de l’université internationale à la périphérie de Salé) et d’une économie résidentielle (mégaprojet de station balnéaire de standing à Bouknadel).
La volonté de maîtriser l’urbanisation dans une capitale endossant le rôle de vitrine du Maroc débouche en 1992 sur la création de l’agence urbaine de Rabat-Salé, qui lance aussitôt une série de plans d’aménagement des communes urbaines et rurales périphériques. Cette stratégie se heurte pourtant aux conséquences d’un autre choix politique effectué au début des années 1990, celui d’une ceinture verte (2000 hectares) afin d’éviter la connexion de Rabat avec les communes avoisinantes. La pénurie de foncier à Rabat et l’augmentation rapide des prix immobiliers qui en résulte entraînent un redéploiement massif des grandes opérations d’urbanisation vers les couronnes périphériques de la conurbation, au  nord-est (communes rurales de Bouknadel et Sidi Taibi), au sud et au sud-est (Ain Aouda, Sidi Yahya Zaer, Ain Attig, Skhirat). Les controverses récentes à propos de l’étalement urbain à Rabat-Salé-Témara démontrent les contradictions de l’action publique marocaine (Rousseau et al., à paraître) : si le ministère de l’agriculture pose le problème du mitage et de la périurbanisation en termes de surconsommation des terres agricoles et de menace, à terme, sur la souveraineté alimentaire du Maroc, les initiatives visant à limiter l’étalement urbain se confrontent à une série d’oppositions émanant de multiples acteurs publics et privés.

Casablanca

Capitale économique du Maroc, Casablanca constitue la plus grande agglomération du royaume (4 millions d’habitants) et la plus étendue (17 000 hectares). Son extension se réalise à l’est, à l’ouest, au sud et au sud-est, et sa croissance périphérique est rapide : entre 1994 et 2003, sa superficie urbanisée progresse de 16% (Belarbi, 2011), malgré le développement des noyaux secondaires de l’aire urbaine qui concentrent aujourd’hui la majeure partie du parc industriel de la ville (structuré comme informel). En 2004, la ville de Casablanca regroupe 81% de la population régionale mais seulement 56,5% des emprises urbanisées résidentielles. Le reste des emprises résidentielles (43,5% des surfaces) est disséminé à travers la wilaya, avec des densités de population nettement plus faibles. Casablanca est également le site de la plus grande concentration de bidonvilles du Maroc. Particulièrement organisés et solidaires, leurs habitants refusent fréquemment les offres de relogement en collectif pour privilégier des lots à bâtir, contraignant les autorités à rechercher le foncier disponible dans les communes rurales périphériques et entraînant ainsi un élargissement continu des couronnes périphériques de Casablanca.
Différentes formes de périurbanisation s’observent ainsi : quartiers et douars insalubres, unités industrielles informelles, mais aussi grands projets immobiliers (villes nouvelles de Zenata, Lakhyayta et Rahma, grands pôles urbains d’Anfa et de Nouacer), grands projets d’aménagement touristique et tertiaires (malls, parcs de loisirs, grandes surfaces d’ameublement, résidences balnéaires), aménagement de plateformes logistiques ou encore d’unités industrielles et pharmaceutiques. Face à l’ampleur de la périurbanisation, les pouvoirs publics ont décidé, dans le cadre du nouveau schéma directeur de la métropole, de réaliser une ceinture verte pour limiter l’étalement urbain, se confrontant alors aux intérêts des propriétaires terriens. Cette controverse récente a mis en lumière la présence de nombreux acteurs puissants et aptes à opposer leurs intérêts aux stratégies de lutte contre l’étalement urbain : la wilaya de Casablanca, l’agence urbaine de Casablanca (dirigée par un gouverneur), les sociétés d’aménagement des grands projets urbains (impulsés par le palais et les grandes firmes nationales), la Caisse de Dépôts et de Gestion, la mairie du Grand Casablanca, et enfin les grandes entreprises immobilières privées du Maroc dont le siège est situé à Casablanca (Addoha, Alliance, Chaabi, Jemaai), qui exercent une forte influence sur la planification de la métropole.

Max Rousseau

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search